Catégories
Uncategorized

La grande évasion

Marcher, c’est prendre le temps de vivre, de regarder, d’ouvrir ses sens à la diversité et de sentir les minutes et les heures glisser sur la peau. Quand le corps accepte sa peine, respiration et mouvement s’allient, libérant ainsi la pensée qui toute entière s’enveloppe du présent.

Julie Baudin

Partir marcher en pleine nature c’est une façon de se faire la malle, de se casser, de fuir, de faire sa grande évasion.

Pas de route, pas de télé, pas de magasin, pas de séries, pas de réseaux, pas de feu rouge, pas de bruit, pas d’alarme, pas de foule, pas de voiture, pas de stop, pas d’actu, pas de débat, pas de trop de gens, pas de pub, pas de règle, pas de code de conduite, pas de politesse, pas de trop de gens, pas de bouchons, pas de tout ce qui parasite notre quotidien.

En l’espace de quelques heures ou de quelques jours on revient à des sensations naturelles qui prennent alors une saveur particulaire : observer, gérer son effort, respirer, boire, manger, s’orienter, regarder le ciel, se réchauffer, écouter le calme, rêver. C’est comme si ça faisait ressortir quelque chose ancré au plus profond de soi, une partie non civilisé, élémentaire, primitive, libre, comme un instinct animal qui n’aurait jamais été complétement dompté.

En marchant dans des paysages sauvages les choses sont plus claires, plus simples, l’esprit retrouve du discernement. On se sent comme faisant parti d’un tout, une espèce parmi les autres, on n’est plus le centre de tout, on est vulnérable, on ne fait que passer dans des plaines, sentiers, forêts, rivières, crêtes, pics, cols, sommets qui étaient la bien avant nous et qui le seront longtemps après.

On voit ce monde animal, végétal, minéral sans le comprendre tout à fait, nous venons de là mais on s’en est tellement éloigné.

On regarde ce monde et il nous regarde parfois à travers les yeux d’un chamois qui nous fixe, en équilibre sur une barre rocheuse, avec sans doute la même part de mystère.

L’effort long et d’endurance permet au corp de pleinement s’exprimer, on découvre des ressources que l’on ne supposait pas, un cocktail d’hormones se libère nous faisant nous sentir fort.

Cela fait plusieurs années que j’ai commencé à marcher très régulièrement.

Le coté sportif est important avec parfois des chalenges que je me lance mais ce n’est qu’une partie d’une démarche plus globale. Plus qu’une activité sportive c’est pour moi mais une façon de me ressourcer dès que j’ai du temps libre, d’appréhender le monde autrement et de me sentir en harmonie avec la nature.

En montagne j’ai fais beaucoup de rencontres, souvent inspirantes, avec des gens qui cherchent tous d’une façon ou d’une autre à s’évader.

Une réponse sur « La grande évasion »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s